ISBN 978-2-88351-060-9
284 Seiten
2013
Format 15.5 x 22.5 cm
Broschiert

In den Warenkorb

SFr. 38.00 / € 29.00

Croire ensemble

Analyse institutionnelle du paysage religieux en Suisse

Christophe Monnot

L’étude présentée dans cet ouvrage offre pour la première fois en Suisse une perspective sociologique empirique et générale sur les organisations religieuses locales. Vu sous cet angle, le fait religieux se manifeste d’abord, comme le précisaient déjà Weber ou Durkheim, par l’existence de communautés de tailles et de profils divers, tant dans l’espace rural qu’urbain. En Suisse, 5’734 paroisses et groupes religieux ont pu être dénombrés en 2008. Ce recensement permet de souligner la prégnance institutionnelle des Eglises historiques, mais également l’émergence d’une plus forte pluralité religieuse, particulièrement en milieu urbain.
La sociologie des organisations que propose cette étude permet de jeter un éclairage nouveau sur les effets de la sécularisation (baisse des membres et de la pratique) et de la pluralisation (diversification des confessions et traditions religieuses). L’analyse des différences et des similitudes organisationnelles selon les traditions religieuses fait apparaître un positionnement social des groupes en fonction de statuts acquis au cours de l’histoire. Les théories classiques – par exemple à propos des relations entre statuts sociaux des membres et groupes d’appartenance, des types d’autorités religieuses ou encore des différences entre Eglise et secte – sont revisitées, précisées ou reformulées grâce à des données quantitatives originales et représentatives du champ religieux suisse.

Autoren/Herausgeber

Christophe Monnot est actuellement professeur remplaçant en sociologie des religions à l’Institut de sciences sociales des religions de l’Université de Lausanne chargé de cours à l‘Université de Genève. Il est titulaire d’un doctorat en sciences des religions à l’Université de Lausanne et en sociologie à l‘Ecole pratique des hautes études (EPHE) à Paris-Sorbonne. Le présent ouvrage reprend les principales analyses qu’il a défendues dans sa thèse. Christophe Monnot a également été chercheur postdoctoral aux Universités de Lausanne, de Genève et à Paris-Sorbonne.