Chercher dans le dictionnaire

Immigration

Marina Richter

Version originale en allemand


Première édition: December 2020

L’immigration désigne un mouvement de population à travers les frontières internationales. Contrairement à l’émigration, qui concerne le départ d’un pays, l’immigration fait référence à l’entrée dans un pays. Elle se distingue des « migrations intérieures » au sein d’un territoire national tel que la Suisse. Le motif et le but de la migration, le fait qu’elle soit volontaire ou forcée, n’entrent pas en considération dans la définition de l’immigration. Il en va d’ailleurs de même pour le statut juridique des personnes concernées. Jusqu’à récemment, la durée de séjour faisait partie de la définition proposée par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui associait l’immigration à un changement de domicile durable d’au moins 12 mois. Cependant, au vu des formes de migration temporaire, circulaire et transnationale, la formulation actuelle exclut la durée du séjour de la définition. Actuellement, un quart de la population suisse ne possède pas de passeport suisse, dont un petit nombre de réfugié·e·s.

La Suisse fut pendant longtemps un pays d’émigration. Au milieu du XIXe siècle surtout, de nombreuses familles de paysan·ne·s pauvres ont émigré vers l’Amérique du Nord et du Sud pour y prendre un nouveau départ. À la même période, l’industrialisation a attiré en Suisse des universitaires et artisan·e·s d’Allemagne, ainsi que des ouvrier·ère·s italien·ne·s. Après 1848, la Suisse a connu une phase d’ouverture, si bien qu’en 1910 la part des étranger·ère·s sur le territoire s’élevait à 14,7 %. Cette augmentation a instillé des craintes dans la population et posé pour la première fois la question de la surpopulation étrangère (Überfremdung) sous cette forme. La Première Guerre mondiale mit fin à la politique libérale d’immigration. Dans l’entre-deux guerres, la loi sur le séjour et l’établissement des étrangers (LSEE) de 1931 réglementa pour la première fois l’immigration, l’établissement et l’accès au marché du travail des étranger·ère·s.

Après la Seconde Guerre mondiale, la Suisse a connu une phase d’essor économique qui a conduit à une pénurie de main d’œuvre. L’ouverture du marché du travail fut une des conséquences, tout comme l’introduction du « régime des travailleurs invités ». La forme masculine du terme correspond à l’usage linguistique d’alors, mais aussi à l’idée que l’homme migrait et que la femme et la famille suivaient. Ce qui ne correspondait que partiellement à la réalité. Les travailleur·euse·s invité·e·s, qui provenaient d’Italie, mais aussi d’Espagne et, plus tard, du Portugal, ont été considérés comme une main d’œuvre temporaire. Leur séjour se limitait souvent à une saison ou à quelques années. Ils représentaient une main d’œuvre bon marché qui amortissait les fluctuations conjoncturelles. Dans les baraquements mis à disposition par les entreprises qui les avaient embauchés, leurs conditions de vie étaient souvent précaires et le regroupement familial leur était souvent interdit par la loi. Ils travaillaient généralement dans le bâtiment, l’hôtellerie, les usines et l’agriculture.

Dans les années 1960, la question des étrangers est revenue sur le devant de la scène. L’initiative Schwarzenbach n’a été que la plus célèbre d’une série de votations destinées à lutter contre la surpopulation étrangère. En 1970, l’initiative a certes été rejetée par le peuple, mais elle montre clairement à quel point la crainte de la surpopulation étrangère dominait les débats. En conséquence, le Conseil fédéral a introduit des contingents annuels. Le rôle de « tampon conjoncturel » que jouaient les travailleur·euse·s invité·e·s est clairement apparu, lors de la crise pétrolière de 1973/1974. Bon nombre d’entre eux se sont vus refuser le renouvellement de leur permis de séjour, les contraignant à retourner dans leur pays d’origine. Pour la première fois depuis 1940, la population immigrée diminua. Cependant, ce chômage « exporté » s’est aussi accompagné d’un recul de la consommation d’une ampleur qu’on avait sous-estimée.

Lorsque l’économie s’est redressée au milieu des années 1980, une nouvelle vague d’immigration n’a cessé d’apporter un nombre croissant de personnes immigrées, et ce jusqu’à aujourd’hui. L’ex-Yougoslavie et le Portugal sont venus s’ajouter aux pays d’origine de la main d’œuvre immigrée et des « saisonniers ». La crise des Balkans, mais également d’autres conflits politiques, ont fait grossir le flot des personnes ayant accès au pays pour des raisons non pas économiques, mais humanitaires.

En 2002, la politique d’immigration de la Suisse a encore pris un autre tournant. Dans le cadre des accords bilatéraux conclus avec l’UE, garantissant la libre circulation pour les citoyennes et citoyens de l’Union européenne, la Suisse a introduit le « modèle des deux cercles ». Les personnes provenant de l’UE ou de l’AELE ont alors le libre accès au marché du travail suisse et le droit à une autorisation de séjour sur présentation d’un contrat de travail. Depuis, l’immigration en provenance de l’UE ou de l’AELE a beaucoup augmenté et se caractérise par une part élevée de personnes hautement qualifiées, issues des pays du Nord, en particulier d’Allemagne. Tandis que l’immigration en provenance des pays du Sud concerne davantage des personnes moyennement ou peu qualifiées. L’accès pour les ressortissant·e·s de pays hors UE a été restreint à la main d’œuvre hautement qualifiée, au regroupement familial ou aux réfugié·e·s. Grâce à la diversification de l’immigration, les migrantes et migrants en Suisse travaillent aujourd’hui à différents niveaux de qualification et dans les branches les plus diverses. Le secteur de la santé en est un bon exemple : on y trouve des personnes immigrées à tous les niveaux, de l’aide-soignant·e jusqu’au médecin.

Contrairement à d’autres pays tels que les États-Unis, qui se distinguent par une longue tradition d’immigration, ou la Grande-Bretagne, où l’immigration est marquée par le passé colonial du pays, la population immigrée en Suisse était longtemps issue des pays européens voisins. Ce tableau a commencé à changer il y a quelques années seulement. À quoi s’ajoute encore que l’immigration fut perçue comme temporaire dans le cadre de la politique des travailleur·euse·s invité·e·s et que les questions d’intégration se sont posées relativement tard. Qui plus est, la Suisse se distingue par une politique de naturalisation restrictive. La naturalisation est perçue comme une récompense et non comme un fondement pour une intégration réussie. Et enfin, en Suisse la citoyenneté est transmise par les parents (ius sanguinis) et non par la naissance sur le sol helvétique (ius soli).

Actuellement, la politique migratoire de la Suisse se trouve dans une situation délicate. Depuis que le oui l’a emporté, le 9 février 2014, en faveur de l’initiative populaire contre l’immigration de masse, les accords bilatéraux conclus avec l’UE, et en particulier la libre circulation des personnes, font débat. Dans ce domaine, la Suisse comme de nombreux pays européens est tiraillée. D’un côté, une partie de la population redoute une immigration qu’elle trouve excessive et qu’elle exprime surtout dans la crainte d’une « islamisation » du pays. Une peur attisée avec succès par les politicien·ne·s et partis populistes. De l’autre côté, certains secteurs du marché de l’emploi tels que l’informatique ou les soins manquent de main d’œuvre. Et cette main d’œuvre ne peut être recrutée, du moins rapidement, qu’à l’étranger. Au bas de l’échelle salariale également, de nombreux postes ne peuvent être pourvus que par des immigré·e·s.

La politique migratoire a longtemps été essentiellement menée comme une politique de l’emploi. Désormais, l’immigration est ancrée dans différents domaines de la politique sociale et va bien au-delà du concept d’intégration tel que défini dans la loi sur les étrangers et l’intégration (LEI) de 2018. Elle englobe des thèmes tels que l’égalité des chances dans l’éducation et la formation ou des questions de discrimination institutionnelle. La société d’immigration impose de nouvelles exigences aux institutions publiques, par exemple avec l’offre de services de traduction dans les hôpitaux. La politique d’intégration explicite s’adresse spécifiquement aux immigré·e·s, visant à les aider à s’intégrer par des cours, mais aussi par des outils juridiquement contraignants. En même temps cela comporte le risque d’assimiler la migration à des facteurs socioéconomiques tels que le manque d’éducation ou des ressources économiques limitées.

Références

Passagen (Hrsg.) (2017). Vielfältig alltäglich : Migration und Geschlecht in der Schweiz. Zürich : Seismo.

Piguet, E. (2013). L’immigration en Suisse : soixante ans d’entrouverture (3e édition entièrement mise à jour). Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes.

Wicker, H.-R., Fibbi, R. & Haug, W. (Hrsg.) (2003). Migration und die Schweiz : Ergebnisse des Nationalen Forschungsprogramms „Migration und interkulturelle Beziehungen“. Zürich : Seismo.

Retour en haut de page