1

ISBN 978-2-88351-073-9
296 pages
2016
format 15.5 x 22.5 cm
broché

Commande

SFr. 38.00 / € 35.00

Le genre de l'apprentissage, l'apprentissage du genre

Quand les arrêts prématurés révèlent les logiques à l'oeuvre en formation professionnelle initiale

Nadia Lamamra

La formation professionnelle duale, au carrefour entre éducation et emploi, est représentative des tensions et enjeux propres à ces deux espaces. Cet ouvrage propose de la soumettre à une analyse de genre. Partant de la situation d’arrêts prématurés d’apprentissage, il questionne de manière plus large ce qui est produit et reproduit au cours de l’expérience apprentie. Il interroge la façon dont la socialisation professionnelle participe d’une socialisation de genre. La formation professionnelle est ici analysée comme un lieu d’acculturation au travail, en particulier à l’un de ses piliers : la division sociale et sexuelle du travail. Cette grille de lecture donne l’occasion de réfléchir au statut des apprenti-e-s, à leur position particulière dans l’organisation du travail. L’analyse de cette « fabrique du genre » permet d’expliquer le maintien des inégalités de sexe. Par ses questionnements, ce livre fait intervenir la sociologie de l’éducation et du travail, ainsi que les études genre et interroge, au-delà des seuls arrêts prématurés, des enjeux centraux de la formation professionnelle suisse.

Auteurs/editeurs

Nadia Lamamra est docteure ès sciences sociales de l’Université de Lausanne, où elle a enseigné les études genre. Elle est responsable du champ de recherche « Processus d’intégration et d’exclusion » à l’Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle (EHB IFFP IUFFP). Elle est membre du comité de rédaction de la revue Nouvelles Questions Féministes.

Recension

« Outre la complexité de la décision d’arrêt de formation, les résultats montrent comment les filles et les garçons diffèrent dans les raisons justifiant leur décision, à la fois parce que les programmes fréquentés par les unes et les autres sont différents, mais aussi parce que les attentes exprimées à leur égard par leurs supérieurs ou supérieures et leurs collègues, en tant que professionnelles ou professionnels en devenir, sont aussi distinctes. Pour les filles, l’expérience de violences symboliques, notamment par les relations de travail, participe au ‹ douloureux apprentissage de la domination › (p. 146) dans le milieu de travail. »
Dominique Tanguay: Recherches féministes, volume 32 numéro 1, 2019